Éparpillements

... parce que j'aime parler pour ne rien dire...

lundi 16 juillet 2007

Délinquance quand tu nous tiens...

Suis allée hier au Marché Jean-Talon acheter des fraises avec l'intention de faire cette recette...


Mais me demander de suivre une recette correspond souvent à me demander une livre de chair. Il y a toujours quelque chose en moi qui me pousse à faire autrement, à ajouter ceci ou cela. Indisciplinée et mal organisée comme je suis, j'ai beau tenter de faire une mise en place qui va dans le sens du monde, il manque souvent quelque chose...


Je n'avais pas lu la recette en entier... Lorsque j'ai lu qu'il fallait laisser reposer le tout 3 heures, j'ai capoté. J'étais trop fatiguée et il était déjà tard. J'ai donc procédé comme suit :


- 12 tasses de sloche de fraises (24 tasses de fraises écrapoues avec une tasse d'eau)
- 8 tasses de sucre
- 4 cuillérées à table de jus de citron reconstitué
- le zeste de trois oranges


J'ai cuit les fraises, le jus de citron et les zestes. J'ai ensuite ajouté le sucre et cuit jusqu'à ce que le tout atteigne 104 dégrés celcius. J'ai empoté et stérilisé 10 minutes.


Cet exercice en délinquance m'a donné 30 pots de 125ml d'une zolie tartinade qui laisse un léger goût d'orange à la fin...


Saint-Vincent pardonnez-nous nos offenses
Continuez de nous soumettre à la tentation
En répandant le mal


:p


Blague à part, je n'aurais pas dû faire de confitures hier. Après le marriage de mes amis samedi, j'étais très fatiguée... mais je me suis dit que c'était probablement la dernière fin de semaine de fraises et que si je n'en faisais pas, je devrai attendre l'année prochaine... bref...


J'aurais dû attendre à l'année prochaine. J'aurais dû rester "chill" et me reposer hier. J'étais tellement fatiguée, je me suis retrouvée avec une méga migraine de la mort qui tue hier soir.


Il y a tellement de choses à faire, à découvrir, à expérimenter... tant d'activité à explorer... tant de nouveaux trucs à apprendre... Je voudrais pouvoir tout faire... mais je n'en ai pas la force. Il faut que j'apprenne à respecter mes limites physiques.


Mais je me demande parfois où est passée la fille qui pouvait travailler 16 heures par jour, six jours semaine sans ressentir le moindre signe de fatigue.


:(


Eh oui mes vieux! On a plus vingt ans...

6 commentaires:

Vincent le canneux a dit...

Dis, 'ma vielle', elle te plait cette tartinade ?

Car c'est tout ce qui compte.

Je vais très bientôt avoir 45 ans, et je me dis depuis 20 ans que c'est pas vraiment raisonnable de travailler 16 heures par jour.

J'aime tellement mieux le feed back sur mon blog, que le résultat des ventes de pizza pochettes ou de meubles, ou de boulons métriques, ou de services financiers, ou de gumballows à Terrebonne en bordure du dépotoir, ou de pop tarts...

J'ai hate de slaquer itou, ma vielle. :)

Une éparpillée qui rêve de légèreté. a dit...

Oh oui mon vieux, je l'aime ma tartinade!

Depuis que je suis à temps plein au tiâte, je ne travaille plus autant. Je me concentre sur une job. Je suis plus pauvre mais je m'en porte mieux.

C'est tout le reste qui me fatigue! :) Trop de social, trop de découvertes, trop de plaisirs, trop de folies... enfin à certains moments...

À bientôt 44 ans, faut que j'apprennent à écouter mon vieux corps...

:D

Vincent le canneux a dit...

>>À bientôt 44 ans

pis frisée...

Maudinne que c'est dommage que je ronfles comme un truck :)

Une éparpillée qui rêve de légèreté. a dit...

Heu...

Tu pourrais toujours te faire poser un silencieux!

:D

Vincent le canneux a dit...

J'ai essayé. C'est pire car ça sort par l'autre bout.

désolé... ;)

Maryse a dit...

:o